Logo Zéphyrnet

Vivek Ramaswamy et ses surprenants débuts en matière de cellules souches – The Niche

Date :

Beaucoup d’entre nous ont d’abord entendu parler de Vivek Ramaswamy en tant que candidat républicain à la présidence. Avant cela, il était surtout connu en tant que leader en biotechnologie.

Compte tenu de mes connaissances en biotechnologie, j’ai décidé d’en apprendre davantage sur lui. Étonnamment, ses efforts biomédicaux ont peut-être commencé avec les cellules souches. Cela a attiré mon attention.

C'était à l'époque où il était étudiant à Harvard.

Vivek Ramaswamy
Le candidat républicain Vivek Ramaswamy.

Vivek Ramaswamy a travaillé au premier cycle dans le laboratoire de Melton ?

Il a effectué des recherches de premier cycle dans le laboratoire de Doug Melton à Harvard. Parlez d’une excellente façon de commencer une carrière dans les sciences biomédicales.

J'ai envoyé un mail Doug Melton pour lui demander s'il se souvenait de Vivek. Il a répondu que Ramaswamy travaillait dans son laboratoire. En passant, Melton a quitté Harvard pour se consacrer principalement au secteur de la biotechnologie. Sommet, qui dispose d’un pipeline passionnant de thérapies cellulaires pour le diabète.

Je n'ai rien trouvé de concret dans les études de premier cycle de Ramaswamy qui pourrait refléter le travail plus spécifique qu'il a effectué dans le laboratoire de Melton. Bien sûr, de nombreux étudiants de premier cycle travaillent dans des laboratoires sans en tirer une publication ni donner une conférence lors d'une conférence, ce qui n'est donc pas inhabituel. Quoi qu’il en soit, c’est souvent une expérience formidable.

Juste après avoir obtenu son diplôme, Ramaswamy a publié en 2007 un article d'opinion dans le New York Times qui concernait en partie les cellules souches embryonnaires. Comment diable a-t-il fait ça au début de la vingtaine ?

Les chimères sont aussi des personnes ?

L'article était intitulé La question chimère. Il s'agit d'embryons chimériques humains fabriqués à partir de cellules souches embryonnaires.

Dans ce document, Ramaswamy met en évidence certaines des nombreuses complexités entourant les chimères humaines, mais son essai échoue à plusieurs égards. Par exemple, il suppose que la plupart des autres membres de la société pensent comme lui. L’essai contient également des idées inhabituelles sur l’humanité et simplifie à l’excès certaines choses très compliquées :

« ... les décideurs politiques devraient utiliser le principe simple suivant comme guide : il faut traiter un destinataire d'humanité transférée avec le même niveau de respect qu'un organisme doté d'une humanité innée – en d'autres termes, un être humain. »

Humanité transférée ? Via les cellules souches embryonnaires humaines, semble-t-il dire.

Il poursuit en écrivant:

« Même si un organisme n’apparaît pas biologiquement humain, il mérite néanmoins la valeur morale d’un être humain dans la mesure où il possède les qualités que notre société a jugées dignes du respect humain. »

Ainsi, il soutenait qu’une chimère qui possède en partie des cellules humaines, peut-être très peu si elle ne ressemble même pas à un humain, pourrait toujours avoir la « valeur morale d’un être humain ».

Être un humain ?

Quelles qualités notre société juge-t-elle suffisantes pour atteindre ce seuil ?

Questions chimères

La recherche sur embryons chimériques qui incluent des cellules souches pluripotentes humaines soulève des questions éthiques qui méritent d’être discutées. Ce n'est pas nécessairement une mauvaise chose que le New York Times ait publié son essai. Cependant, j'aurais aimé voir un article d'accompagnement qui exprime différents points de vue sur le sujet.

Peut-être celle d'un biologiste expérimenté en cellules souches comme Ali Brivanlou, qui a travaillé sur les chimères.

L'article d'opinion de Ramaswamy dans le New York Times le décrivait ainsi : «Vivek Ramaswamy, récemment diplômé du Harvard College, a étudié l’éthique des hybrides homme-animal pour sa thèse de spécialisation en biologie.  

Cette recherche éthique a-t-elle été menée dans un autre laboratoire ou motivée par son séjour dans le laboratoire de Melton ? Notez que Doug Melton a publié des recherches approfondies, souvent révolutionnaires, utilisant des cellules souches embryonnaires.

Ramaswamy en biotechnologie : échec, mais richesse

C'était donc il y a 16 ans. Qu’a fait Ramaswamy entre-temps et plus récemment ?

Viveck Ramaswamy a trouvé son chemin vers le statut de quasi-milliardaire dans le monde de la biotechnologie malgré des hauts et des bas. Extrait d'un article récent du New York Times :

"M. L'entreprise de Ramaswamy est surtout connue pour son échec spectaculaire. En tant qu'homme de 29 ans doté d'une idée audacieuse et de relations avec l'Ivy League, il a conçu ce qui était à l'époque la plus grande introduction en bourse de l'histoire de l'industrie de la biotechnologie - pour ensuite voir le médicament contre la maladie d'Alzheimer en son centre échouer deux ans plus tard et la société réservoir de valeur.

Mais M. Ramaswamy, aujourd’hui âgé de 37 ans, a quand même fait fortune.

Ce n'était clairement pas positif pour la communauté de la maladie d'Alzheimer, même si c'était pour le compte bancaire de Ramaswamy.

Certains des autres efforts de Ramaswamy en matière de biotechnologie ont apparemment été plus fructueux. Il n'y a rien de mal non plus à gagner de l'argent grâce à la biotechnologie, mais il devrait y avoir un certain équilibre entre le profit et l'aide aux gens. J'essaie d'en savoir plus sur les médicaments approuvés par la FDA liés à ses efforts.

Une autre sorte de transfert d’humanité pour Vivek Ramaswamy ?

Après avoir regardé une partie du premier débat du GOP et quelques interviews, il me semble que Ramaswamy est une personne très brillante qui vend durement ses idées, mais c'est aussi un imbécile majeur et semble parfois raciste.

Je n'y vois tout simplement pas beaucoup d'empathie pour ses semblables et il a un vision du monde sombre et égocentrique. Tout cela, combiné au fait de dire des choses (comme lors du premier débat du GOP) qui ne sont tout simplement pas vraies, est très préoccupant, même si son approche acide du débat a semblé plaire à certains téléspectateurs.

De plus, il a des projets extrêmes s'il arrive au pouvoir, comme vider la FDA. Si vous lisez cet article intéressant de STAT auquel j'ai fait un lien dans la phrase précédente, vous verrez que Ramaswamy est très éloigné de la FDA à plusieurs égards.

Je ne peux m'empêcher de penser que ses principales priorités sont simplement l'argent et le pouvoir pour lui-même. 

Pour toutes ces raisons, pour revenir à son premier essai sur les chimères et les cellules souches embryonnaires, je dirais que c'est Ramaswamy lui-même qui pourrait bénéficier d'un transfert d'humanité et je ne parle pas des injections de cellules souches.

spot_img

Dernières informations

spot_img

Discutez avec nous

Salut! Comment puis-je t'aider?